Euro-circonscription Nord-Ouest,  Ils en parlent

Asile et immigration : stop à la partie de flipper !

Au delà de la grande peine sucitée par l’actualité migratoire et d’asile que nous partageons tous, je souhaite vous livrer de nouveau et à froid mon analyse sur ces questions.

PHO56fa0030-b2a9-11e4-82c0-d02a422c09b6-805x453

Nous ne pouvons que constater la faillite des États membres qui ont la charge, et eux seulement, de contrôler les frontières de l’espace Schengen. C’est donc  bien un échec de l’Europe (en tant qu’ensemble géographique) mais en aucun cas celui de l’Union européenne qui n’a aucune compétence en la matière (le nain budgétaire FRONTEX ne fait que coordonner). Il faut mettre fin à cette triste partie de flipper qui se joue entre les États membres, avec les réfugiés et migrants économiques en guise de billes.

Face cette situation humainement dramatique et loin d’être occasionnelle, je défends une action dotée des moyens nécessaires et concertée au niveau de l’UE, la seule échelle pertinente. On parle non pas de quelques millions mais bien de milliards d’euros qu’il faudrait consacrer à une structure européenne d’asile et d’immigration.

Une structure européenne soit mais pour quelle politique ? L’accueil des réfugiés qui ont droit à l’asile et notamment des Syriens, d’une part, et la stricte application des critères légaux aux migrants économiques (avec retour dans leur pays d’origine le cas échéant) d’autre part.

Sur le cas spécifique de Calais, je souhaite le respect de l’État de Droit. Sur son territoire, la France doit assurer l’ordre républicain ainsi que la sécurité des biens et des personnes (au premier chef des migrants). Les Anglais, qui ne font pas partie de l’espace SCHENGEN, sont souverains dans leur accueil ou non des réfugiés/migrants sur leur territoire. En fonction de ce qui précède, la France doit accueillir les réfugiés éligibles au droit d’asile et assurer un retour digne à leur pays d’origine des migrants économiques non admis chez nous ou en Angleterre.

Pour rappel, Dominique Riquet est député européen de la circonscription Nord-Ouest. Il fut également pendant 17 ans conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais. Lors de son premier mandat, il a rédigé en tant que membre titulaire de la commission des budgets une opinion sur EUROSUR (système européen de surveillance des frontières) et une sur le fonds pour la sécurité intérieure (partie coopération policière).

X