[MEDIAS] Le Mouvement Radical prépare les Européennes – Le Figaro

LE SCAN POLITIQUE – Dimanche, le parti coprésidé par Sylvia Pinel et Laurent Hénart organise un comité national sur l’Europe, à Paris.

Les Européennes sont dans le viseur du Mouvement Radical, Social-Libéral. Les deux coprésidents du parti, Sylvia Pinel, députée du Tarn-et-Garonne et Laurent Hénart, maire de Nancy, organisent un comité national sur l’Europe dimanche à Paris (Maison de la Chimie). Deux débats sont inscrits au menu de cette réunion. Le premier portera sur les enjeux européens de 2019 et sera animé par Dominique Riquet, député européen et vice-président du groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, auquel a adhéré le Mouvement radical.

Le second débat sera animé par le sénateur centriste Jean-Marie Bockel, président de la commission Europe, sur la question des priorités européennes. L’échange portera également sur la préparation des élections européennes de 2019. «Convaincus de la nécessité de s’affranchir des frontières partisanes traditionnelles pour rénover la vie politique de notre pays, il nous paraît tout aussi essentiel de dépasser les frontières nationales pour inscrire pleinement notre action et nos convictions dans le cadre européen» ont annoncé Sylvia Pinel et Laurent Hénart. Sur la question des européennes, ils sont plutôt en phase avec les Macronistes et leur stratégie d’axe central proeuropéen assumé.

Le 9 décembre 2017, le Parti radical valoisien et le Parti radical de gauche avaient célébré leur réunification après une séparation de plus de quarante ans. Cette fusion avait alors abouti au Mouvement radical social et libéral. Tous les radicaux n’ayant pas adhéré au projet, l’eurodéputée Virginie Rozière avait annoncé, cinq jours plus tard, la création des Radicaux de gauche. Ce mouvement organise ses deuxièmes Rencontres militantes samedi 9 juin à Paris (Théâtre Edgar). «Ce sera l’occasion de décider ensemble des grandes étapes à venir pour Les Radicaux de Gauche» ont annoncé les organisateurs.

De son côté, le Mouvement radical développe ses moyens logistiques. Il a conservé les anciens locaux du Parti radical valoisien, place de Valois à Paris, où d’importants travaux débuteront en juillet pour une inauguration prévue en septembre. L’espace fait partie des bâtiments remarquables et lieux de mémoire de la capitale. Le parti radical s’était appelé «valoisien» en s’inspirant de cette adresse et pour se démarquer du Parti radical de gauche, né de la fragmentation du parti radical en 1971.

Publié le 8 juin 2018 pour Le Figaro par Emmanuel Galiero. Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’article sur le site du Figaro en cliquant ici.