[CP] Ferroviaire : faire l’AIRBUS du secteur !

Bruxelles, le 7 avril 2016 – La commission industrie (ITRE) du Parlement européen vient d’adopter à la quasi-unanimité une résolution écrite relative à la compétitivité du secteur européen de l’équipement ferroviaire.  Ce texte est un signal positif envoyé à la Commission européenne appelée à adopter une stratégie à long terme, ambitieuse et globale, afin d’aider notre industrie ferroviaire confrontée à une concurrence mondialisée.

Dominique RIQUET, membre de la commission industrie du Parlement européen et président de l’intergroupe sur l’investissement de long terme et la réindustrialisation, se félicite de l’adoption à de cette résolution : “en mettant l’accent sur le renforcement de la compétitivité interne et externe de nos entreprises, ce texte est une excellente base de départ pour la Commission dont nous attentons une action à la mesure des enjeux.

Selon Dominique Riquet, rapporteur pour le groupe des Libéraux-Démocrates : “il faut renforcer les mesures internes de compétitivité : efforts de recherche et d’innovation (numérisation et infrastructures entre autres), fin de la fragmentation du marché notamment grâce à l’adoption du pilier technique du 4ème paquet ferroviaire (i.e interopérabilité, rôle accru de l’agence ferroviaire européenne), consolidation de la filière en amont de façon à ce que les PME qui la composent voient leur position renforcée (accès aux aides européennes, négociations sur les prix, etc), collaboration des pôles de compétitivité à l’échelle européenne et leur organisation en clusters, poursuite de la démarche de normalisation européenne et d’amélioration de la protection des droits de propriété intellectuelle de nos entreprises

Les facteurs externes de compétitivité ne doivent pas non plus être négligés : “sur le plan des relations avec l’extérieur, j’ai rappelé que les accords commerciaux conclus par l’Union européenne et les règles appliquées en matière de marchés publics doivent assurer le respect du principe de réciprocité. Nous ne pouvons ouvrir notre marché à des économies qui ferment leur propre marché à nos entreprises.

Le successeur de Jean-Louis Borloo à la mairie de Valenciennes (où l’industrie ferroviaire est fortement  implantée) souhaite vivement aller plus loin sur la restructuration de ce secteur en Europe, à l’heure où des géants mondiaux se constituent : “face à la récente fusion en Chine qui a donné naissance au plus grand acteur mondial, seul un Airbus du ferroviaire nous permettra de résister et de vaincre dans cette compétition. Dans cette perspective, le Parlement a appelé de ses voeux une révision des règles concurrentielles empêchant les concentrations, ce dont je me félicite”.