Ils en parlent,  Transport & tourism (TRAN),  Transports & Tourisme (TRAN)

Dumping social dans le transport routier : il est grand temps de revoir tout cela !

Conférence de presse avec le syndicat européen des chauffeurs routiers au Parlement européen à Strasbourg, le 13 septembre 2016 : j’y ai tenu à rappeler mon opposition à la réglementation actuelle qui a permis l’essor d’un dumping social intolérable dans le secteur du transport routier de marchandises.

« L’état actuel des règlements sur le transport routier des marchandises a permis l’apparition de deux choses qui sont totalement intolérables.

La première est une énorme dégradation des conditions de travail des conducteurs, c’est à dire leurs conditions de revenus mais également leurs conditions dans lesquelles ils exercent leur métier.
Il suffit d’observer de quelle manière un certain nombre d’entre eux se retrouvent à travailler des semaines sans pouvoir rentrer chez eux. Ils sont « stockés » sur des parkings, dorment dans leurs camions et sont nourris dans des conditions absolument abominables. Cela a bien-sûr des conséquences sur la santé des travailleurs, sur leur dignité ainsi qu’en terme de sécurité routière.

Deuxièmement, les compagnies, notamment les compagnies ‘boîte aux lettres’, faussent totalement le marché lui-même.
Non seulement elles dégradent les conditions de travail des gens travaillant dans les transports routiers mais en plus elles faussent totalement le marché.

Dans ces conditions, comme l’a souligné Georges Bach, il faut clairement changer la régulation. Il faut en effet des textes législatifs, réglementaires précis afin de ne pas se contenter de tourner autour du pot. Et évidemment il faut s’abstenir d’aggraver cette situation.

Il faut donc revenir sur le cabotage et sa définition, réviser le statut et les conditions d’exercice de ces compagnies, et enfin il faut revoir les modalités de contrôles.

Je conclurai en disant qu’un certain nombre de mesures prises ces dernières années est catastrophique. Je vise ainsi l’ouverture du marché par un cabotage non régulé, l’incapacité de mettre en place des contrôles ou encore l’incapacité de connecter les registres des Etats membres. Bref je considère que ces erreurs ont dégradé la situation.

Il s’agit alors de rétablir les choses puis surtout de faire beaucoup mieux car je crois que le marché unique n’est pas incompatible avec le respect des travailleurs ni avec la capacité d’avoir un ‘level playing field’.

Pour terminer, je constate que s’il arrive que les conditions de travail des travailleurs soient dégradées au profit du marché, dans le cas du transport routier de marchandises, ce qui est extraordinaire c’est d’avoir réussi à dégrader à la fois les conditions de travail mais aussi les conditions de marché.

Il est donc grand temps de revoir tout cela. »

X