[VIDEO] Constituer un Airbus du ferroviaire en Europe !

A voir ou à revoir : mon intervention en commission industrie (ITRE) mardi 23 février, sur le rapport Werner relatif à la compétitivité du secteur européen de l’équipement ferroviaire. J’ai été désigné rapporteur fictif au Parlement européen au nom du groupe des Libéraux-Démocrates.

Le verbatim de mon intervention :

Je souhaiterais tout d’abord féliciter Martina Werner pour le travail accompli jusqu’ici et pour ses efforts de consultation des autres groupes.

Le projet de résolution me semble être une excellente base de départ, mais je crois que l’on pourrait être à la fois plus précis et plus volontariste sur certains points.

1) Nous devons absolument indiquer ce qui fait la spécificité du secteur de l’équipement ferroviaire par rapport au reste de l’industrie. Sans cela, il nous sera difficile de comprendre les enjeux auxquels est confronté ce secteur en Europe et d’apporter les réponses les plus adaptées. Cette spécificité porte sur :

  • le type de produits fournis et les métiers que cela concerne
  • les exigences particulières s’appliquant à ce secteur (en termes d’intensité en capital ou de conformité à des normes élevée par exemple)
  • un certain nombre d’atouts que l’on ne peut négliger
  • une concurrence à la fois intermodale, internationale et parfois même intra-entreprise

2) Ensuite, et avant de rejeter la faute sur la Chine et autres, penchons-nous plus particulièrement sur les facteurs internes de compétitivité, sur les mesures que nous devons prendre, en Europe, pour soutenir ce secteur. Mes amendements devraient donc insister davantage sur les aspects liés :

  • aux efforts que doit entreprendre le secteur pour se restructurer et atteindre une masse critique afin de pouvoir concurrencer les autres grands acteurs du secteur (vers un Airbus du ferroviaire)
  • aux efforts d’innovation, qui doivent, outre les aspects mentionnés dans le rapport, ne pas oublier l’infrastructure elle-même, source d’économie pour les opérateurs
  • au renforcement de l’accès des PME et centres de recherche à Shift2Rail
  • à la collaboration des pôles de compétitivité à l’échelle européenne et à leur organisation en clusters
  • à la nécessité de consolidation de la filière amont de façon à ce que les PME qui la composent voient leur position renforcée (accès aux aides européennes, négociations sur les prix, etc)
  • à l’importance de poursuivre la démarche de normalisation européenne et d’améliorer la protection des droits de propriété intellectuelle de nos entreprises

Je crois aussi que nous ne devons pas sous-estimer le fait que le résultat achevé sur le pilier politique du 4è paquet ferroviaire conditionnera la compétitivité des opérateurs de transport et plus généralement de l’ensemble des donneurs d’ordre.

Et, compte-tenu du fait que le secteur est fortement dépendant de la commande publique, dont on sait l’état financier, nous devons trouver le moyen de rendre ce secteur encore plus attractif pour l’investissement privé, notamment via des mécanismes de type EFSI.

3) Enfin, sur le plan des relations avec l’extérieur, les accords commerciaux conclus par l’Union européenne et les règles appliquées en matière de marchés publics doivent assurer le respect du principe de réciprocité. Nous ne pouvons ouvrir notre marché à des économies qui ferment leur propre marché à nos entreprises.